Contact

Désolé, tous les contacts ont été fermés.

Merci aux contributeurs qui ont bien voulu nous donner leur avis.

Quant aux musulmans délirants qui n’ont eu de cesse de vouloir nous polluer de leur propagande, qu’ils aillent au diable retrouver leur divinité perverse et son sanglant prophète.

Extrait de LA DIVINE COMÉDIE de DANTE.

L’ENFER, CHANT XXVIII.

Le tonneau, lorsqu’il perd quelque douve ou le fond,
ne reste pas béant, comme un que j’aperçus,
ouvert depuis le cou jusqu’au trône des pets.

Entre ses deux genoux pendillaient ses boyaux,
les entrailles à l’air, avec le sac fétide
qui prend nos aliments pour les merdifier.

Je tenais mon regard rivé sur cette horreur ;
il ouvrit, m’ayant vu, de ses mains sa poitrine
et dit : « Regarde donc comme je me déchire !»

Vois à quel triste état est réduit Mahomet !
Celui qui va devant en pleurant, c’est Ali,
le visage béant du toupet au menton.

Tous les autres esprits que tu peux voir ici
dans la vie ont été des semeurs de scandale
et de schisme ; et voilà ce qui les fend ainsi !



Publicités
Commentaires fermés sur Contact
%d blogueurs aiment cette page :